Classe Ski & Cristaux de neige du 12 au 17 Mars 2012 - Ecole (...)

Les jeunes nivologues en herbe de la classe de CM1-CM2 d'Orval sont arrivés aujourd'hui à St Romain en Auvergne, pour une semaine qui s'annonce (...) Voir descriptif détaillé

Classe Ski & Cristaux de neige du 12 au 17 Mars 2012 - Ecole (...)

Les jeunes nivologues en herbe de la classe de CM1-CM2 d'Orval sont arrivés aujourd'hui à St Romain en Auvergne, pour une semaine qui s'annonce (...) Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Le Journal de Bord

Lundi 12 Mars

Bonjour à tous,

Après une longue nuit dans le car (plutôt inconfortable), nous sommes bien arrivés ce matin sur le centre de la Buissonnière à St-Romain vers 8h.
Servis comme des rois, nous avons pris notre petit déjeuner et nous nous sommes installés dans nos chambres respectives.

Le traditionnel Forum de l’association Objectif Sciences International, petit instant du matin consacré à la discussion et à l’échange sur tous les sujets, nous a permis de nous présenter mutuellement avec Maxime et Anne, nos éducateurs scientifiques, puis de commencer à évoquer notre sujet d’étude de la semaine, ainsi que l’organisation du séjour au sein du centre.

Nous sommes ensuite partis découvrir les alentours du centre et plus particulièrement son jardin, sa mare, sa station météo et sa riche fourmilière !

La mare...


... et ses oeufs de grenouille !












Puis toujours dans l’idée de découvrir les lieux, nous avons fait une petite randonnée dans St-Romain.

Le lavoir

Après un bon déjeuner chaud, et un temps calme où la sieste était de rigueur, nous avons retrouvé Anne et Maxime pour notre 1re activité scientifique.

Phase Contact

« Sauvons la neige du réchauffement climatique ! » Mais comment ?

Il s’agissait de faire une expérience concernant le sauvetage de glaçons : avec des matériaux à choisir, et un système à créer avec ces mêmes matériaux, on devait faire en sorte que les glaçons fondent le moins vite possible.
Nous avons donc construit notre système, par petits groupes de 4 ou 5, puis une fois terminé, nous avons placé nos constructions devant une source de chaleur, ici un radiateur, à une distance identique pour chaque groupe.
Les glaçons ont été pesés, et nous les avons placés ensuite tous en même temps dans nos systèmes, et c’est ensuite le chronomètre qui a fait le travail !


Après 15 minutes, on a pu peser de nouveau les glaçons restants en les retirant le plus rapidement possible de nos créations. Quels sont les résultats ? Le groupe des « The scientifiques » a remporté la course, avec un glaçon qui était encore le plus lourd à la fin de l’expérience !

Nous vous raconterons nos conclusions sur la comparaison des matériaux par rapport aux autres groupes demain soir !

C’est l’heure du goûter, et un jeu dehors, sous le soleil, nous attend ensuite, pendant que certains se reposent dans leur chambre après cette longue journée !

Une bonne douche, et le dîner arrive ! Puis un gros dodo bien mérité !

Chers parents, ne vous inquiétez pas, tout va bien !

A demain pour la suite !

Tom, Eliott, Baptiste, Arnaud


Mardi 13 Mars

Les premiers rayons du soleil accrochent le haut des crêtes, la journée s’annonce chaude et radieuse. Les lève-tôt sont déjà debout tandis que les autres arrivent petit à petit dans la salle.

La première activité de la journée, comme à l’accoutumé, est le forum. Les envies et les besoins de chacun sont abordés afin de passer une semaine ensemble dans les meilleures conditions.

Phases Découvertes

Nous enchaînons par reprendre les résultats des constructions réalisées la veille dans le but de trouver des matériaux qui nous permettraient de conserver la neige. Nous concluons que le carton protège mieux le glaçon de la chaleur. Il est donc isolant, au contraire de l’aluminium qui est conducteur, car il fut responsable d’une plus grande quantité de glaçon fondu.

Fiers d’avoir abouti à ces résultats concrets, nous pouvons passer à la suite du programme. Nous partons derrière le village, où nous avons une vue imprenable sur la petite vallée en contrebas. Nous commençons par sentir, écouter et ressentir la nature qui nous entoure. Pinsons et mésanges font virevolter leur joyeuse mélodie jusqu’à nos oreilles.

Ensuite, nous ouvrons nos paupières et le paysage se dévoile à nos rétines. Notre mission est de retranscrire par une simple et efficace esquisse, la combinaison de forêt, champs et constructions anthropiques, qui s’assemblent devant nous.


Ceci nous permet, de retour au centre, de réviser le cycle de l’eau avec nos productions et de nous poser une pléiade de nouvelles questions, notamment concernant les nuages. Comment se forment-ils ? Quels sont les processus différents entre formation de neige et de pluie ? Et bien d’autres encore…

Nos ventres réclamant leur dû, nous nous attablons devant un rizotto accompagné de pilons de poulet, aimablement préparés par Josette et Raymond.

Le syndrome postprandial passé, nous attaquons la deuxième partie de journée. Trois groupes se forment. L’un se rend à la mare pour essayer de reconnaître les grenouilles, habitantes élégantes de ce point d’eau. Ceci grâce à des guides d’identification spécialisés. Un autre groupe monte dans les nuages. Nous essayons de reconnaitre les dix types différents de nuages, en fonction de leur altitude, de leur forme ou encore de leur nom, aussi complexes qu’amusants.

Puis, chacun choisi son nuage préféré et retient ses caractéristiques en vue d’un jeu plus tard dans l’après-midi. Enfin, le dernier groupe, étudie plus en détails les petits trésors relevés le lundi. Lichens et faînes dévoilent leurs secrets sous l’oculaire du microscope. De précises informations complètent nos observations.
Chaque groupe passe sur chaque atelier, cheminant tranquillement sur le chemin du temps jusqu’au goûter.



Nous reprenons des forces, le visage inondé de la lumière bienfaisante de notre étoile. Nous pouvons ainsi partir sur un jeu en plein air.

Il s’agit d’un béret mais d’un béret amélioré. Deux équipes se font face avec dans chacune d’elle au moins un représentant d’un type de nuage. Isabelle, Agathe et Jean-Bernard supportent avec passion les participants alors que Anne est le béret. Maxime s’occupe de décrire un nuage et dès que celui-ci se reconnaît, il doit courir toucher Anne alias le béret. Tous sont appelés, du cumulo-nimbus, à l’altostratus.


Plutôt callés sur les nuages, nous rentrons en salle pour faire notre petit bilan quotidien avec la maîtresse, écrire le blog, prendre nos douches…
Après le dîner, départ immédiat pour les étoiles.

Ce soir c’est « veillée astro » ! Encore une fois, trois groupes se constituent. Certains se rendent en dehors du village pour observer, au télescope, dans la nuit la plus noire possible, la très lumineuse Vénus, Jupiter et ses satellites . Ainsi que quelques constellations. D’autres font un mémory pour reconnaitre les différentes constellations et leur nom. Les derniers écoutent les mythes et légendes concernant ces associations d’étoiles en les regardant projetées sur le mur.

Nos lits nous espérant avec impatience, une fois que nous avons tous fait les différentes activités, nous les rejoignons sans les faire plus attendre.

Nous avons besoin de reprendre des forces car demain c’est ski toute la journée !

A demain pour la suite !


Mercredi 14 Mars

Aujourd’hui nous avons surpris le soleil au réveil. Il fallait être debout de bonne heure pour profiter de toute la journée de ski qui se profile à l’horizon encore teinté de rose.

Le minibus d’OSI n’ayant pas 27 places, plusieurs voyages sont nécessaires pour que tous se retrouvent enfin sur la neige des pistes. L’arrivée échelonnée permet à chaque groupe de s’exercer d’abord sur une petite piste avant de se lancer sur le téléski.

En fin de matinée, les débutants sont devenus de vrais skieurs aguerris. Tandis que ceux qui étaient confirmés font forte impression sur les pistes, qui au passage, nous sont réservées, comme toute la station de Prabouré.



Néanmoins, il faut bien s’arrêter un moment pour recharger les batteries. Nous pique-niquons sur une terrasse au milieu des pistes. L’astre solaire semble vouloir nous prouver sa puissance, tant on se croirait en été.

L’après-midi, une partie du groupe préfère utiliser des luges pour descendre les pentes blanches. Toutefois, les skis reconquissent petit à petit tout le monde et la piste devient folle. Vers 15h30, nous redescendons et nous nous scindons en deux groupes. La nivologie occupe un groupe tandis qu’un concourt de luge délirant s’organise pour les autres. Mais, qu’est-ce que la nivologie ?

Phase Approfondissement

La nivologie constitue l’étude de la neige. Nous approfondissons donc notre vision de cette couverture blanche qui ne nous a pas encore tout dévoilé, loin de là. La température, la forme des grains, l’épaisseur du manteau etc… sont relevés.


Nous échangeons d’activité, puis nous partons en ville afin de faire l’achat de cartes postales et de souvenirs.

Nous sommes de retour au centre, après une journée sous le signe du ski et du soleil chaleureux de l’Auvergne. Après le repas et la rédaction de nos cartes, le sommeil nous happe rapidement sous les couvertures.

Jeudi, de nouvelles aventures nous attendent, soyez au rendez-vous !


Jeudi 15 Mars

La journée d’hier a été intense en efforts et en émotions. Le lever de ce matin en est retardé quelque peu, nos oreillers étant plus gourmants de sommeil.
Nous prenons notre petit-déjeuner avant de partir dans la forêt. Les plus courageux s’y rendent à pieds. Qu’allons-nous donc faire dans la forêt ?

Jean-Jacques et Jean-Luc nous attendent avec pas moins de trente chiens de traineau !


Ils nous expliquent alors le fonctionnement de la meute, comment se comporter avec les chiens, l’histoire des différentes races et de leur utilisation par les humains… Il existe des Huskies, des Groenlandais, des Samoyèdes etc... Ensuite, nous faisons connaissance avec chaque chien en écoutant leur vie et leur particularité. Nous découvrons ainsi ces puissants et affectueux canidés.













Onze heures passées, nous entamons le chemin du retour. Nous avons besoin de reprendre des forces car cet après-midi, nous passons aux choses sérieuses !

Le déjeuner terminé, nous retournons voir les mushers dans la forêt. Nous retrouvons avec plaisir tous les chiens qui n’ont qu’une hâte c’est de partir en balade ! Les mushers nous expliquent comment se débrouiller avec le chien qui nous sera attribué et comment prendre le plus de plaisir au cours de la promenade.

Les chiens trépignent d’impatience et leur excitation est à son comble quand ils nous voient équipés de nos ceintures de traction. Nous les harnachons et nous voilà partis pour la cani-rando !



Ces fougueux canidés nous entraînent dans une promenade qui durera une bonne partie de cette moitié de journée. Certains d’entre nous ont un chien qui les tractent tandis que d’autres, les plus légers, sont deux par chiens tellement ces-derniers ont d’énergie. Nous arpentons ainsi une forêt de pins majestueux, traversés de rayons solaires.


Nous continuons en faisant le tour d’une petite vallée au charme certain, semblant être suspendue au-dessus de nos réalités, nous, simples humains. L’habitant de la voute azurée de nos journées, nous fait grâce, une fois de plus, de son omniprésence dans le ciel, gardant jalousement son espace de toute intrusion de nuages.

La température étant un peu élevée pour nos amis touffus, nous nous arrêtons dans les moindres ruisseaux, serpentant entre les troncs aussi poétiquement qu’ils chantent entre les pierres.

Fourbus, nous arrivons au point de départ aussi assoiffés, affamés, et fatigués que nos vaillants athlètes aux dents de loup, mais au combien ravis de cette expérience unique. Heureusement, Alain nous attend avec le minibus et un solide gouter. Nos estomacs ragaillardis, n’oublions pas de donner à boire et à manger à nos compagnons qui nous ont tirés pendant deux heures ! Nous nous mettons ensuite en chemin pour rentrer au centre. La plupart repartent en minibus alors que les ultimes courageux, passionnés du grand air, souhaitent endurcir encore un peu leurs plantes de pied.

Le dîner fut fameux, pizzas maison, pommes de terre et carottes rissolées, ainsi que fars bretons sont concoctés et servis par Josette, Camille et Raymond.

La veillée de ce soir s’annonce plus calme mais n’en reste pas moins passionnante. Nous regardons le film de la première expédition d’Anne au Kirghizstan. Elle y part tous les ans étudier la discrète et menacée panthère des neiges. Ce film projeté retranscrit les quatre semaines passées à la recherche de la moindre trace de ce félin mythique.

Que d’aventures et d’expériences enrichissantes, notre cerveau a bien besoin de détente pour graver tout cela dans nos mémoires. Nous rejoignons donc nos matelas douillets pour nous reposer de la tête aux pieds.

Avec tout ça, nous n’avons même pas eu de temps pour les activités scientifiques !

Nous vous disons donc à demain pour le récit de nos expériences cette fois-ci scientifiques.


Vendredi 16 Mars

Le couple de sitelles torchepot qui niche dans l’arbre devant le centre font vibrer doucement nos tympans jusqu’à nous réveiller. Nous sautons du lit pour démarrer ce vendredi.

Après le petit déjeuner, nous attend une activité qui nous permettra de nous remémorer l’ensemble de nos acquisitions scientifiques de la semaine. Nous faisons deux groupes. Les deux groupes se subdivisent en quatre, car nous avons passé quatre demi-journées d’ateliers scientifiques. Ainsi, chaque sous-groupe retransmet aux autres ce que nous avions fait pendant la demi-journée, qui a été préalablement tirée au sort. Ensuite, la manière de le retransmettre est piochée. Certains chantent, d’autres miment ou encore jouent.




Phase Recherche

Nos mémoires rafraîchies, nous passons à une série d’activités qui nous permettront de formuler nos hypothèses et d’élaborer notre protocole pour y répondre. De vingt-sept nous passons à trois fois neuf. Le soleil étant une fois de plus au rendez-vous, nous décidons de tourner sur trois ateliers en extérieur. Les uns élaborent, sur la pelouse, un grand nuage avec les matériaux qu’ils souhaitent (leur corps pourquoi pas ?).

Les autres dessinent une machine capable de mimer un nuage et de créer des cristaux de neige. Les derniers se relaient entre ; la découverte des multiples formes de cristaux (plaquettes, étoiles, aiguilles, colonnes) au moyen de photographies de flocons sauvages, et l’observation de ces structures au microscope. La silhouette de ces si attendus mais pas moins délicats flocons se profilent à travers notre cornés, amplifiée par le grossissement du microscope. Notre émerveillement est à la hauteur du travail minutieux et si captivant de la nature. Ces flocons avaient été fixés dans la colle par d’autres groupes cet hiver, quand il neigeait encore. Ces cristaux ayant entre temps fondus, seule l’emprunte reste dans la substance collante, nous donnant ainsi l’opportunité d’observer ces conceptions naturelles en toutes occasions.

De nombreuses questions ressortent à la suite de tout ceci. Quels sont les facteurs impliqués dans la formation des cristaux de neiges en est un exemple.
Raymond, Josette et Camille nous attendent pour le repas. Nous nous empressons d’aller nous rassasier afin d’alimenter nos neurones pour l’après-midi.

Nous faisons un petit récapitulatif avant de débuter notre expérience. Nous décidons en fin de « brain-storming » d’étudier le taux d’humidité dans l’importance de la formation de cristaux. Notre hypothèse étant posée, nous énumérons les paramètres à mesurer. Puis, nous prenons connaissance du matériel mis à notre disposition : une boîte en bois avec une quadrature d’aluminium et une éponge (le tout mimant un nuage), des thermomètres, hygromètres et chronomètre. Une éponge est suspendue en haut de la boîte afin de produire de l’humidité dans la boîte. Y est accrochée une ficelle, qui remplace les poussières présentes naturellement dans les nuages et qui constituent les noyaux de condensation.

Avec bien sûr papier et crayons pour relever tout ça. Enfin, Anne nous présente la glace carbonique, à manier avec toutes les précautions car elle a une température de -80°C. Pour finir, dans le but de tester notre hypothèse, nous décidons de faire un nombre différents de pulvérisations d’eau dans chaque boîte. Tous les éléments sont là, l’expérience peut commencer !

Chacun à son poste ! Un maître du temps qui prévient les autres toutes les trois minutes, un observateur de cristaux et un chargé de température-hygrométrie.
Nous sommes trois par boîte et au bout d’une demi-heure, nous nous faisons remplacer par nos collègues. L’expérience dure en tout plus d’une heure.

Quels sont les résultats ? La boîte où le plus de pulvérisations avaient été réalisées nous offre les plus beaux cristaux. Nous en déduisons que selon nos résultats, plus le taux d’humidité est élevé, plus les cristaux sont développés. Voilà une expérience rondement menée !

Nos esprits se tournent maintenant vers la traditionnelle boum !
Nous dégustons les bons petits plats de nos hôtes et nous montons nous préparer. Quand nous redescendons, la salle est prête ! C’est partie pour une soirée endiablée ! Les slows ayant un succès indéniable.


Hélas, si nous voulons être en forme demain, il nous faut se reposer. A contre cœur mais les jambes fatiguées, nous allons nous allonger.
Demain, c’est notre dernière journée, tachons d’en profiter !
Bonne nuit et à demain pour notre dernier récit.


Samedi 17 Mars

Nous y sommes, notre dernière journée est lancée ! Le réveil est un peu plus difficile ce matin après nos exploits de la veille à la boum... mais c’est tout de même avec le sourire que nous arrivons au petit déjeuner !

En plus, aujourd’hui, c’est une journée un peu spéciale puisque c’est l’anniversaire de Chloé ! Elle est donc accueillie dans la salle de cantine, tout en chants !

Après ce petit déj’ copieux, notre Forum quotidien nous permet d’échanger une dernière fois sur ces moments passés ensemble cette semaine, et tout le monde semble ravi ! Youpi !

Nous nous lançons donc dans notre dernière activité qui sera la préparation de notre exposition de cet après-midi. Posters, dessins, stands, matériel scientifique,... A nos stylos, feutres et réflexions !

C’est le moment de retranscrire tout ce que nous avons appris durant cette semaine. Chaque groupe, selon les préférences, monte ainsi son propre stand d’une des activités scientifiques vues pendant le séjour. L’effervescence est à son comble en cette fin de matinée !

Puis vint l’instant tant préparé, après un bon déjeuner.

Retransmission






Des applaudissements pour tout ça ! Bravo à tous !

En fin d’après-midi, il est l’heure de faire les valises ! Puis un bon diner nous est servi, et quelques 11 bougies pour Chloé...! Et à 20h30, nous voilà en plein chargement des valises dans le car !

Le départ est proche...

Bon voyage à toute la classe ! Reposez-vous bien, rentrez-bien ! Et merci à tous pour cette riche semaine !

Anne, Max et Alain !

Photos / Vidéos

Nos partenaires

Voir également