Dino Emotion du 22 juillet au 01 Août 2015

Trois jeunes ont décidé d'aller suivre et étudier des empreintes de Reptiles vieilles de 240 Millions d'Années, sur les sites de la région (...) Voir descriptif détaillé

Dino Emotion du 22 juillet au 01 Août 2015

Trois jeunes ont décidé d'aller suivre et étudier des empreintes de Reptiles vieilles de 240 Millions d'Années, sur les sites de la région (...) Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Introduction

Joignez-vous aux Paléontologues du Département de Paléontologie du Muséum d’Histoire Naturelle de Genève et aux Educateurs Scientifiques d’Objectif Sciences International et engagez-vous à leur côté au sein du Projet de Recherche en Paléontologie en cours sur le site d’Emosson-Emaney et auquel vous allez contribuer. Les Traces des Empreintes des Archosaurus, ancêtres des Dinosaures ayant vécu à cet endroit il y a près de 250 millions d’années avant que les montagnes ne se soulèvent ensuite lors de la rencontre entre les plaques de l’Afrique et de l’Europe, attendent d’être cartographiées et étudiées, sur un site Alpin situé à 2’500 mètres d’altitude et accessible uniquement en été. Des fossiles d’empreintes ont déjà été trouvés, d’autres restent à découvrir encore, et la majorité doivent encore livrer leurs secrets, être cartographiés, référencés…

Venez prospecter et découvrir avec nous les traces fossiles et collecter les informations, dans le but de valoriser scientifiquement un site Paléontologique classé et que l’érosion menace de disparition.

Le Journal de Bord

Mercredi 22 Juillet

Arrivée

Installation au dortoir

Bastien, Michel et Maxime sont tous bien arrivés au Restaurant du Barrage d’Emosson, notre auberge de base, où ils ont pu faire connaissance avec ce lieu magnifique des Alpes Valaisannes perché sur le col de la Gueulaz, ainsi qu’avec les éducateurs Antoine et Stéphanie.

Avant d’entamer notre premier repas avec vue sur le massif du Mont Blanc, nous avons pu commencer à planifier tous ensembles le programme des quelques jours à venir : une météo majoritairement belle nous a convaincu d’entamer dès le lendemain une grande et belle randonnée menant aux tous premiers sites d’empreintes fossiles découverts dans la région d’Emosson.

Ce soir, tout le monde s’est couché tôt, afin d’être en forme pour un lever matinal.

Jeudi 23 Juillet

1. Phase contact

- Les objectifs : découverte des sites d’empreintes du Vieux Emosson et repérage des traces cartographiées par les premiers paléontologues ayant étudié ces sites
- Où : sites d’empreintes du Vieux Emosson
- Le matériel : Matériel d’escalade, appareils photo, jumelles

Paysage aux Epilobes

La première prise de contact fut avec les sentiers de randonnée joliment fleuris, mais bien escarpés, des Alpes, ainsi que leurs paysages grandioses.

Début de randonnée


Pause sur les gneiss moutonnés

La faune reste discrète, mais nous aurons tout de même pu croiser le chemin de quelques Casse-noix mouchetés, ainsi que d’un Chamois curieux au cours de la journée.

Paysage avec calcaires marneux du Jurassique


Linaire

Au fil de notre progression entre massifs d’Epilobes, Adénostyles ou encore Gentianes pourpres ou bleues (et bien d’autres !), nous avons pu constater et nous interroger sur l’origine des changements de couches géologiques traversées : gneiss, grès, argilites...

Grès

Que peuvent-ils nous raconter sur leurs origines et sur l’histoire géologique des Alpes... ? Antoine en connaît tous les secrets mais ne les dévoilera pas tous aussi vite !

Roche plissée

Première dalle d’Emosson

Arrivés au niveau des premières dalles d’empreintes (à proximité de la Veudale), on comprend mieux pourquoi Antoine a emporté tout ce matériel d’escalade. C’est le moment de s’initier à la descente en rappel, afin de pouvoir découvrir enfin de près ces fameuses empreintes situées sur des dalles de grès très inclinées.

Première dalle d’Emosson : dessin d’empreinte

Ce tout premier site d’« entraînement » présente en réalité les empreintes les moins bien préservées de la région, mais Michel a quand même bon nombre d’idées et d’hypothèses quant aux auteurs de ces empreintes vieilles de plus de 200 millions d’années.

En route pour le Col de la Terrasse

Après un picnic et un peu de repos bien mérités juste au-dessus des dalles d’empreintes, c’est reparti pour atteindre le col de la terrasse qui nous offre un panorama magnifique par ce temps dégagé.

Glissades

Les névés croisés sur notre chemin sont l’occasion de s’initier avec Antoine aux glissades, sur les pieds ou sur les fesses, chacun sa technique préférée !

Glissades Névé

Nous avons aussi croisé quelques petits lacs d’altitude qui nous auront permis de nous rafraîchir les pieds pour certains, en entier pour les plus courageux... !

Baignade

2. Phase Découverte

Enfin, nous sommes redescendus doucement par le site de traces fossiles du Vieux Emosson, afin de découvrir cette fois-ci ces empreintes beaucoup plus célèbres et déjà mieux marquées que sur le site précédent.

Empreinte

Dalle Vieux Emosson

Nous prenons le temps de découvrir ces empreintes, d’en prendre quelques photographies, ainsi que de discuter des indices permettant de reconstituer le milieu d’origine : grès, rides de houles , polygones de dessication fossilisés...autant de témoins d’un milieu de plage ou de delta il y a 240 millions d’années.

Dalle Vieux Emosson

Rides de houle

Polygone de dessication

De plus, les hypothèses paléontologiques qui se sont succédé depuis la découverte du site en 1976 sont particulièrement intéressantes pour l’interprétation de ces empreintes : supposant tout d’abord que 9 reptiles différents auraient laissé leurs traces il y a 230 millions d’années (Dinosaures primitifs et ancêtres des Dinosaures), les paléontologues ont fini par retenir l’hypothèse beaucoup plus vraisemblable d’un seul type de reptile, qui n’est pas un Dinosaure mais un ancêtre de Dino (Archosaure), repoussant la datation de ces dalles à 240 millions d’années.

Et puis nous voilà repartis, car le chemin est encore long pour rentrer jusqu’au Restaurant du Barrage.
Heureusement qu’Antoine a installé encore une descente en rappel afin de raccourcir nettement le parcours du retour !

La journée aura été très longue et particulièrement sportive, mais tellement riche en découvertes paléontologiques, géologiques, naturalistes, et en émotions positives !

Et les émotions ne sont pas terminées car nous rentrons au Restaurant dans une salle comble, remplie par 150 organisateurs et participants du Marathon de Chamonix en plein repas de clôture festif et musical !

Vendredi 24 Juillet

3. Phase de Découverte et Approfondissement

Aujourd’hui, une journée calme débutant par une grasse matinée s’impose, afin de se ressourcer et reprendre des forces.

Confortablement installés au Restaurant, c’est le moment de faire un bon bilan et mettre de l’ordre au sein de toutes ces notions de géologie et de paléontologie déjà évoquées. Stéphanie nous propose un petit jeu de reconstruction de l’histoire évolutive des Vertébrés, et notamment de divers groupes de « reptiles ». L’idée est d’apprendre à bien replacer, parmi de multiples groupes éteints ou actuels, les animaux qui ont laissé ces traces dans les différents sites visités : ce sont des Archosaures (ou Thécodontes, qui sont en fait des ancêtres des Dinosaures). Quant aux oiseaux croisés en randonnées, n’oublions pas qu’il s’agit en quelque sorte des derniers Dinosaures !

A partir des très beaux supports photographiques utilisés par les paléontologues à destination du public, et d’échantillons de roches ramassées tout au long de notre excursion, Antoine nous a proposé une reconstruction passionnante de l’histoire géologique de la formation des Alpes, recommencée au début. Nous comprenons maintenant très bien comment ces empreintes de pas, marquées il y a 240 Ma et préservées par des processus exceptionnels de fossilisation, se sont retrouvé perchées à 2400m d’altitude sur des dalles de grès inclinées.

Enfin, tandis que l’orage gronde à l’extérieur, nous avons réalisé un premier essai de reconstruction 3D (logiciel de photogrammétrie) de l’empreinte que nous avions photographiée rapidement la veille sur le site du Vieux Emosson : le résultat est stupéfiant ! Quelques photos, prises sans calcul particulier, suffisent à obtenir une reconstruction parfaite de l’empreinte imprimée sur la dalle.

La journée s’est terminée par une bonne fondue pour certain, une croûte aux champignons pour d’autres, suivi de la préparation du sac pour une excursion bivouac dès le lendemain.

Samedi 25 Juillet

4. Le Projet de Recherche

Après cette phase de découverte et d’essais basée sur les sites d’empreintes déjà étudiés du Vieux Emosson, nous nous mettons en route pour un autre site d’empreintes fossiles, bien moins connu car décrit pour la première fois en 2011 : le site d’Emaney.

En route pour le site Emaney

Le site est un peu plus loin et difficile d’accès en raison du col de Barberine recouvert de pierriers. Nous partons donc en expédition Bivouac afin de pouvoir passer un peu de temps sur ce site avant de redescendre le lendemain. Nous installons les tentes au fond du vallon, sur un tapis moelleux de végétation, juste à proximité des dalles d’empreintes.

Grenouille rencontrée sur le chemin

Bivouac installé !

4.1. Observations et travaux antérieurs

Nous découvrons, sur le site d’Emaney, les empreintes fossiles décrites en 2011 par les paléontologues. Ces empreintes sont beaucoup plus discrètes car bien moins profondes que celles du Vieux Emosson, mais le soleil encore bas de fin de matinée (ainsi que la lumière rasante du lendemain matin !) nous font très bien apparaître les incroyables pistes déjà observées par les paléontologues !

Quelques empreintes d’une piste

Ces successions de traces de « pieds » et de « mains », bien que plus dur à repérer, ont en fait été mieux préservées et sont donc plus faciles à interpréter. Elles auraient été laissées par les mêmes genres de reptiles que celles du Vieux Emosson, car se sont toutes des traces de « Chiroterium » imprimées dans les mêmes niveaux de grès. En paléontologie, et notamment en paléoichnologie (étude des empreintes fossiles), on nomme les traces avant de chercher à les rapprocher d’un nom d’animal. Ici ces empreintes de « Chiroterium » ont donc été rapprochées d’un squelette de reptile Archosaure découvert en Tessin, et nommé Ticinosuchus. Malheureusement pour nous, ce sont très rarement dans les mêmes sites que sont préservés les empreintes et les squelettes...

4.2. Missions du projet

Ici, quasiment aucun travail de cartographie ni de conservation des empreintes (par moulages ou reconstructions 3D photogrammétriques) n’a encore été mené.

Mesures et cartographie du site Emaney

Ce seront donc nos missions sur place :
- cartographie visuelle rapide des pistes repérées sur les dalles
- moulages des plus jolies empreintes de notre choix (sur le site, on prend la contre-empreinte en silicone, afin de réaliser les copies de l’empreinte en plâtre une fois rentrés à l’auberge).
- couverture photographique des pistes repérées (pour la photogrammétrie)

Moulages en silicone

Moulages en silicone (col de Barberine en fond)

Nous mènerons donc ces activités pendant une bonne partie de l’après-midi, bravant le froid et le vent glacial qui auront finalement raison de nous en fin d’après-midi... Tout le monde se réfugie au chaud sous les tentes, et ce n’est que pour avaler nos assiettes bien chaudes du soir que nous en ressortirons...Une nuit bien froide nous attend, mais le lendemain, bonne surprise : les nuages ont disparu et les rayons du soleil nous réchauffent à nouveau !

Lever de soleil sur le bivouac

Lever de soleil : vue depuis le bivouac

Dimanche 26 Juillet

4. Le Projet de Recherche - suite

Nous profitons du matin pour finir nos prises photos et démouler les contre-empreintes en silicone. Celles-ci ont parfaitement pris la forme des empreintes.

Et puis c’est le moment de replier le bivouac, et de reprendre la route en direction de l’Alpage d’Emaney, qui possède une vraie mini-ferme en plus des troupeaux installés dans les alpages. Nous y trouverons chaleur et réconfort grâce à la visite sympathique de la fabrication du fromage, suivie d’une bonne dégustation des produits locaux !

A l’approche de l’Alpage d’Emaney

Les Yacks de l’Alpage : un peu de folklore !

Pause à l’Alpage d’Emaney

Fromage et saucisse de l’Alpage : de quoi se réconforter !

Nous reprenons enfin notre chemin, qui traverse encore de nouveaux et magnifiques paysages sur le flanc d’un versant.

Randonnée retour : encore de nouveaux paysages !

Nous sommes de retour à l’auberge en fin d’après-midi, ce qui nous laisse encore le temps de mettre en route la réalisation d’une copie en plâtre de l’une des contre-empreintes en silicone, afin que Maxime puisse repartir lundi matin avec un souvenir matériel en poche : un moulage de l’empreinte de son choix !

Ce soir, nous mangeons au chaud à l’auberge, et nous retrouvons Nathalie, la responsable développement France d’OSI qui nous rejoint pour entamer la deuxième semaine.

Lundi 27 Juillet

4. Le Projet de Recherche - suite

Ce matin, après démoulage de sa copie en plâtre qui a séché toute la nuit, Maxime est sur le départ comme le prévoit son programme. Il aura pu profiter de 5 jours de séjours bien remplis, pendant lesquels nous avons pu découvrir et commencé à étudier les deux grands sites d’empreintes du Vieux Emosson et d’Emaney. Sans parler, encore une fois, du cadre magnifique dans lequel nous avons mené toutes nos activités !

Vue matinale depuis notre dortoir

Il est temps de commencer à exploiter nos premières données à l’auberge, et réfléchir à leur diffusion auprès des randonneurs de la région. Au programme de la journée :

- Nouveaux moulages à partir des contre-empreintes en silicones d’Emaney

Activité moulage au plâtre


Moulage

- Lancement et suivi d’analyses photogrammétriques sur les empreintes et pistes photographiées à Emaney

- Début de réalisation, avec les conseils et l’aide précieuse d’Antoine, d’un dépliant scientifique et naturaliste destiné à informer les randonneurs : frise des temps géologiques replaçant visuellement l’époque des Archosaures et l’histoire géologique de la région jusqu’à la surrection des Alpes, avec photo des roches + faune & flore rencontrées pendant les excursions

En pleine réflexion...

Jeu de piste

Nous avons également pu profiter des belles éclaircies de l’après-midi à l’occasion d’un mini jeu de piste avec Stéphanie, pour laquelle nous avons dû nous munir de boussoles et d’un gps. Le trésor ? Un coffre rempli de petits fossiles variés, de provenances diverses (Ammonites, Térébratules, rostres de Bélemnites, Crinoïdes, bois silicifié, poisson pétrifié...) Car ce n’est pas lors de nos excursions que nous risquons d’en trouver facilement : mises à part les empreintes, les terrains traversés sont extrêmement pauvres voire totalement dépourvus de fossiles. Cette petite collection du coffre nous a donné à réfléchir non seulement sur les organismes en question et leurs rôle possibles pour dater des couches géologiques (dans le cas des fossiles stratigraphiques, comme les ammonites), mais aussi sur les divers processus de fossilisation existants.

Découverte du coffre aux fossiles

La fin de journée est le moment de bâtir le programme des jours qui nous restent. Belle journée annoncée pour demain ? Parfait pour repartir passer du temps sur le site du Vieux Emosson, sur lequel il reste diverses missions à mener dans le cadre de notre projet, pour approfondir, réviser ou compléter les précédentes études des paléontologues.

Mardi 28 Juillet

4. Le Projet de Recherche - suite

C’est reparti pour une journée de grandes randonnées ensoleillées, d’autant plus que le sentier direct pour atteindre le site du Vieux Emosson (par la Veudale) vient d’être fermé pour causes d’éboulis, suite aux orages et précipitations de dimanche.

Un grand nombre de randonneurs font la même route que nous pour se rendre sur le site d’empreintes. Nous avons également la chance de rencontrer sur place Christophe, un paléontologue en thèse qui sera présent 2 jours sur le site afin d’informer les touristes sur l’histoire et l’originalité de ce gisement d’empreintes. Il cédera volontiers sa place à Michel et Bastien qui, eux-aussi, ont désormais tous les éléments scientifiques en main pour raconter l’histoire de ce site, à la lumière des connaissances et hypothèses les plus récentes !

Michel parfait dans le rôle de l’animateur paléontologue ! (devant la dalle supérieure du Vieux Emosson)

Panneau d’information à réviser !

Car comment se douter, lorsque l’on découvre Emosson pour la première fois, que la plupart des panneaux d’information affichés au Restaurant du barrage, voire sur le site d’empreinte lui-même, ont 10 ans de retard... !

Panneau d’information à réviser : « La plage aux dinosaures » ? Plus vraiment...

Les jolies reconstitutions de dinosaures vieux de 230 Ma sont bel et bien dépassées, depuis que le site d’Emaney (ainsi qu’une toute petite dalle découverte en 2008 au Vieux Emosson et installée depuis au Musée de Sion) ont commencé à livrer de nouveaux indices aux paléontologues : comme nous l’avons vu, on parle maintenant d’Archosaures, ou Thécodontes, vieux de 240 Ma ! Même l’hypothèse de la « plage fossile » est désormais remise en question et débattue : par exemple, pourquoi ne retrouve-t-on aucun fossile marin au niveau de ces dalles du Trias ?...

Les nombreux touristes de passage sont demandeurs d’informations et anecdotes. Certains se demandent pourquoi ces petites empreintes « de dinosaures » plus ou moins bien préservées font autant parler d’elles, alors qu’elles leur apparaissent au premier abord bien moins impressionnantes que les gigantesques traces de grands dinosaures Sauropodes de certains site Jurassiens par exemple... Or, raconter l’histoire paléontologique et géologique du site, ainsi que les études en cours de réalisation (celles des paléontologues et les nôtres !), permet de projeter un éclairage tout aussi passionnant qu’intriguant sur ces traces fossiles... Tout cela nous inspire beaucoup pour élaborer la retransmission du séjour, dont nous reparlerons dès le lendemain.

L’animateur Bastien captive les touristes !

Préparation pour descendre sur la dalle inférieure

Pour le moment, place à l’installation des cordes pour descendre en rappel sur les dalles et mener à bien notre projet. Pendant que les randonneurs se succèdent devant les dalles supérieures observables depuis le sentier, nous descendons quant à nous sur les dalles inférieures du site. Elles sont situées quasiment dans le prolongement des autres, mais juste en dessous du chemin. Fortement inclinées, elles font particulièrement travailler les bras en rappel... Heureusement que nous avons toujours en poche des barres de Toblerone ou autres chocolats suisses pour ces journées sportives !

La dalle inférieure du Vieux Emosson (et ses nombreuses rides de houle)

Ces dalles inférieures du Vieux Emosson n’ont absolument pas été répertoriées par les paléontologues, ceci pour une raison simple : elles se trouvaient jusqu’ici cachées sous un névé !

Empreintes du Vieux Emosson (dalle inférieure)

A première vue, les empreintes semblent encore plus « grossières » que celles des dalles supérieures : on imagine plus facilement un passage d’hippopotames que des pistes de Chiroterium laissées par des Archosaures ! Tout se passe comme si les reptiles s’étaient enfoncés dans une sorte de boue très humide, laissant des traces profondes mais tellement élargies et arrondies que leur interprétation en devient particulièrement complexe. Comme pour les dalles supérieures, il nous apparaît difficile de mettre en évidence au premier coup d’oeil des pistes de plus de 3 ou 4 empreintes, d’autant plus que des parties de dalle ont déjà été bien érodées.

Activité moulages sur la dalle inférieure

Il n’en reste pas moins que ces empreintes ou groupes d’empreintes méritent largement d’être répertoriées et conservées par reconstruction 3D ou moulages, afin de pouvoir être analysées par la suite, et archivées au Museum de Genève.

Application d’un agent démoulant, avant remplissage en silicone

Comme sur le site d’Emaney, nous débutons donc une première étude des dalles, munis de nos appareils photos, puis du matériel nécessaire à la réalisation de moulages en silicone.

Remplissage par le silicone (dalle inférieure Vieux Emosson)

Badigeonnage de silicone (les éducateurs aussi s’amusent...)

Nous quitterons le site en fin d’après-midi, en laissant sécher tranquillement les moules en silicone que nous projetons d’aller récupérer le lendemain.

D’autres moulages nous attendent en revanche à l’auberge : les copies en plâtre des empreintes d’Emaney ont séché et sont prêtes à démouler ! On relève encore de tout petits défauts (bulles d’air coincées, rebords du moulage à améliorer...) mais ce n’est pas le plâtre qui manque pour peaufiner nos techniques. Ces moulages sont néanmoins parfait pour débuter une collection d’empreintes Chiroterium !

Mercredi 29 Juillet

4. Le Projet de Recherche - suite

Au lever, les aléas météorologiques nous incitent à revoir le programme : les grosses pluies étant arrivées plus vite que prévu, nous préférons poursuivre nos activités à l’auberge et remettre à demain notre excursion finale passant par le Vieux Emosson.

Photogrammétrie : reconstruction 3D d’une empreinte

Les activités scientifiques ne manquent pas à l’auberge : analyses photogrammétriques, relevé informatique des repères cartographiques pris sur les dalles d’Emaney, et bien sûr bilan de nos avancées et préparation de la retransmission prévue pour vendredi.

Concernant la retransmission pour vendredi, nous avons choisi d’adopter différents formats de médiation scientifique, en nous basant sur nos observations. On sait que la quasi-totalité des touristes qui se rendent au Vieux Emosson, passent devant notre auberge (le Restaurant du Barrage d’Emosson), qu’ils s’y arrêtent ou non. De plus, au vu du soleil annoncé pour vendredi, la terrasse et les salles du Restaurant seront à coup sûr bien remplies, et ce tout au long de la journée.
Partant de là, deux projets prennent forme aujourd’hui :
- Premièrement nous aimerions pouvoir distribuer aux randonneurs de passage le dépliant commencé avec Antoine (décrit précédemment), accompagné si possible de quelques explications orales au sujet de notre projet scientifique.
- En parallèle, nous préparons un diaporama à projeter sur l’écran de la grande salle du Restaurant, qui sera lui-aussi agrémenté d’explications et discussions.

Par ailleurs, les pluies diluviennes et le brouillard persistant à l’extérieur n’incitent pas vraiment à mettre le nez dehors... Qu’à cela ne tienne ! En fin d’après-midi, Bastien et Michel sont motivés pour partir avec Antoine se défouler sur les murs d’escalade couverts de Finhaut : on ne perd pas le rythme ! Ils rentrent d’ailleurs ravis de leur sortie escalade, mais aussi piscine chauffée.

Pour la veillée, nous avons même pu profiter du grand écran de la salle de restaurant pour une projection de l’excellent vieux film Douze hommes en colère !

Jeudi 30 Juillet

4. Le Projet de Recherche - suite

Au programme de ce matin, en attendant que le brouillard se lève : séance plutôt studieuse d’analyses de données, ainsi que de préparation de la retransmission.

Séance studieuse

Vers midi, Bastien et Antoine partent pour une dernière excursion jusqu’au site du Vieux Emosson, afin de démouler et rapporter nos contre-empreintes en silicone : mission réussie !

Excursion le long du lac d’Emosson

Pendant ce temps, Michel, Nathalie et Stéphanie vont explorer un nouveau sentier qui longe tranquillement le lac d’Emosson, à travers des massifs fleuris où butinent bourdons et papillons. Pas de nouvelles empreintes en vue...

Vue sur le barrage du lac d’Emosson

En revanche, avec l’aide du gps, ce sentier nous mène tout droit vers un géocache repéré par Nathalie.

Découverte de la boîte du géocaching !

En fin d’après-midi, nous nous retrouvons à nouveaux réunis pour préparer encore un peu notre retransmission, ainsi que pour réaliser quelques moulages en plâtre à partir des contre-empreintes en silicone du Vieux Emosson.

Vendredi 31 Juillet

5. La Retransmission

Avec l’aide précieuse de Nathalie pour la mise en forme des supports de restitution, nous pouvons joliment finaliser notre retransmission :

- Projection du diaporama qui défilera en boucle toute la journée sur le grand écran de la salle de Restaurant.
Celui-ci a entre autre pour vocation d’attirer l’attention des touristes sur les dernières donnés paléontologiques à jour concernant le site d’empreintes. Il permet bien sûr de présenter aussi les objectifs et avancées de notre projet scientifique.

- Impression des dépliants grâce à l’accueil généreux et l’intérêt manifesté par l’Office de Tourisme de Finhaut (qui a projeté de les imprimer en plus grand nombre afin d’en garnir ses propres présentoirs !)

- Mise en place d’un stand d’animation en face du Restaurant, garni des dépliants, de nos moulages, d’échantillons de roches, de livres servant de supports d’explications....

Tandis que les parents de Michel nous ont rejoint et découvrent tout cela sur place, les touristes commencent à affluer. Des personnes de tout âge prennent plaisir à venir s’informer et discuter avec Michel et Bastien.

On peut encore profiter du soleil et du paysage en cette belle fin d’après-midi, avant qu’il ne soit temps de rassembler et ranger les affaires pour le départ du lendemain. La dernière veillée se termine sur une note paléontologique, avec un épisode de la série de la BBC « Sur la Terre des Dinosaures », et ses magnifiques images de reconstitution.

Nos participants garderont en poche des moulages et de beaux dépliants (qui feront sans doute oublier leurs quelques courbatures !), et en tête de magnifiques sites et paysages Alpins, dont ils connaissent désormais tout un pan de l’histoire géologique et paléontologique...

Côté paléontologie, ce n’est pas seulement l’évolution des Archosaures qu’ils ont pu appréhender lors de ce séjour, mais c’est aussi l’évolution de toute une science qui progresse toujours plus loin à coup de nouvelles découvertes, de remises en questions et nouvelles hypothèses...

Nous souhaitons un très bon vent à Maxime, Michel et Bastien, et bien sûr de nouvelles aventures scientifiques à venir...

Photos / Vidéos

Paysage

Paysage

Nos partenaires

Voir également