Ski & Cristaux de Neige (du 14 au 21 février 2015)

2 enfants venant de France et de Belgique ont décidé de mieux comprendre la nivologie (science de la neige), la cristallographie et les avalanches (...) Voir descriptif détaillé

Ski & Cristaux de Neige (du 14 au 21 février 2015)

2 enfants venant de France et de Belgique ont décidé de mieux comprendre la nivologie (science de la neige), la cristallographie et les avalanches (...) Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Introduction

L’objectif pour cette mission : découvrir la diversité des cristaux de neige, comprendre leurs conditions de cristallisation dans le ciel et d’évolution dans le manteau neigeux. Ces connaissances nous permettent d’aborder les risques d’avalanche qui découlent de la transformation de la neige. En fonction du climat, la situation sur Terre change et le paysage évolue, en particulier dans les régions montagneuses. Nos participants de ce séjour scientifique vont donc avoir de belles découvertes à réaliser tout au long de la semaine !

Le Journal de Bord

Samedi 14 février 2015

Arrivée

Les participants arrivent au cours de l’après-midi et de la soirée. Ils sont accueillis par les deux éducateurs scientifiques, Sylvain et Emilie ainsi que par Marie, notre cuisinière. En premier, arrive Florian, le responsable pédagogique et Thibault, un participant venant de Paris. Viens ensuite la famille composée d’Oleg, Olive, Hélène et Christophe. Les participants prennent possession des lieux et visitent le charmant hôtel du Cervin.

Nous débutons le souper par un apéritif puis nous passons à table avec une bonne soupe. C’est à ce moment que Guillaume fait son entrée, épuisé, après 9h de train depuis Bruxelles et de nombreux changements. Pour le dessert nous dégustons la première spécialité suisse du séjour, la meringue à la double crème. Nous finissons cette journée avec le jeu de la pyramide qui permet d’apprendre les centres d’intérêts de chacun.

Dimanche 15 février 2015

Aujourd’hui est la première journée pour nos deux scientifiques, Olive et Guillaume, qui veulent percer les secrets de la neige.

Après un bon petit déjeuner, nous discutons au forum pour élaborer ensemble l’emploi du temps et les règles de vie. Olive, Guillaume, Florian et Emilie partent louer leur skis à Sport 4000, situé au cœur du charmant village de St-Luc. Ce petit village est construit essentiellement avec des chalets en bois, devenus sombres car le bois s’est noircit par le soleil. Ces chalets ont des noms imprononçables, au patois local. Certains chalets sont soutenus par une pierre plate ; il s’agissait de greniers que l’on voulait protéger des souris. Olive créera une chanson à ce sujet : « Les maisons sur pilotis, c’est pour les petites souris, pour pas qu’elles mangent notre riz ». A côté de l’hôtel, on retrouve le lavoir, la roue à eau du moulin et de nombreuses fontaines.

Les chalets en bois de St-Luc.

Dans la foulée, l’équipe de skieurs récupère les forfaits des remontées mécaniques et dépose tout le matériel dans un casier au pied des pistes.

1. Phase contact

Dès notre sortie de l’hôtel, Guillaume soulève la première question : pourquoi la neige est parfois dure et parfois légère comme la poudreuse ? Ah, donc il y a plusieurs types de neige ! Olive devine que la neige est dure car les grains sont collés entre eux. Avec Guillaume nous approfondissons la réponse, en parlant de cohésion engendrée par des liaisons chimique entre les molécules d’eau.

Sur le chemin de retour vers l’hôtel, Emilie leur demande : c’est quoi la neige ? Guillaume et Olive répondent en cœur : de l’eau sous forme de cristaux. Et lorsqu’elle tombe du ciel y-a-t-il un cristal isolé ou plusieurs cristaux amalgamés ? Ça tombe bien de la neige fraîche tombe de ciel, profitons-en pour regarder à quoi ça ressemble de plus près, se sera la seule neige fraîche de la semaine. Pour bien observer Objectif Sciences International offre une loupe à Olive et Guillaume. Première étape, il faut apprendre à utiliser la loupe, ce qui n’est pas si facile. Nous débutons les observations sans tarder. Les cristaux sont petits, certains décrivent des baguettes et d’autres des morceaux d’étoile. Les cristaux sont généralement isolés mais peuvent aussi être amalgamés pour former des flocons de neige. Très vite, nous optons pour regarder les cristaux qui se déposent sur le sac noir d’Emilie. Sur place, puis en salle d’activité, nous énumérons quelques étapes et le matériel nécessaire pour bien observer les cristaux. Ceci deviendra, par la suite, notre protocole expérimental, qui sera soigneusement reporté par Olive :

Elaboration du protocol expérimental pour l’observation de cristaux.


- 1. prendre de la neige molle et fraîche
- 2. prendre de la neige propre
- 3. regarder la neige sur un objet de couleur foncée, porté à température inférieure à 0°C
- 4. regarder avec une loupe

Emilie demande : Y a-t-il que de l’eau dans la neige ? Olive sait que la neige contient de la poussière. C’est tout ? Petite expérience dans la fontaine de la boulangerie. La neige, composée d’eau solide, flotte, elle est donc plus légère que l’eau liquide. On arrive à la conclusion qu’elle contient de la matière plus légère que l’eau. En observant bien, on remarque que la neige déposée dans la fontaine fait des petites bulles. Ceci prouve qu’elle contient de l’air et justifie sa légèreté.

Nous rentrons à l’hôtel, pour boire une boisson chaude et manger un morceau de gâteau avec Hélène. Nous nous retrouvons en salle d’activité, où Emilie demande aux participants de dessiner sur une feuille blanche la morphologie des cristaux observés dans la loupe. Comme on pouvait s’y attendre pour une première observation, ils hésitent et doutent de leur observation.

A 12h, nous pique-niquons avec Marie, Hélène et Christophe. Au menu, une autre spécialité locale, le pain de seigle.

En début d’après-midi, Olive, Guillaume et Emilie partent pour les pistes. Olive se réjouit de son premier cours de ski ; elle n’a même pas peur. En haut du funiculaire de Tignousa, elle rejoint le groupe des snowlis. Elle chausse les skis et départ en piste. Emilie et Guillaume s’échauffent sur une piste bleue. Guillaume trouve la neige collante. Mais alors, pourquoi elle colle ? Les grains de neige sont collés entre eux par des ponts d’eau liquide qui les relient (cohésion par capillarité). On enchaîne une piste rouge où Emilie mange la neige en milieu de piste puis un poteau à l’arrivée…. Conseil de Guillaume : Emilie, va te chercher un casque. Nous finissons par une piste bleue sous un beau soleil. Nous récupérons Olive à la fin de son cours. Elle est contente. Bilan général : « c’est trop bien le ski ». Elle voudrait aller skier avec nous, mais ça, comme lui a dit Florian, on le fera à la fin de la semaine si elle progresse bien à l’école de ski.

Le village Snowli.

Première piste pour Guillaume.
Avant qu’il se transforme en girafe.

2. Phase Découverte

On essaye d’observer des cristaux, mais cette fois il ne neige plus. On essaye d’échantillonner de la neige sous nos pieds avec une lame de couteau. On peaufine la méthode. Rien de spectaculaire, ni même de reconnaissable. Où pourrions-nous trouver de beaux cristaux ? A l’ombre, dans un endroit où les gens n’ont pas piétiné. Bingo !!! Nous empruntons un chemin et partons à l’orée d’une petite forêt. Nous essayons de grimper mais c’est très glissant, nous avons l’impression de marcher sur des billes. Nous observons de gros cristaux, transparents, sans cohésion (sur lesquels on glisse facilement). Comme dit Olive, il ressemble à du « sel ». A la loupe on remarque des faces planes qui se superposent comme des escaliers. Ces cristaux sont appelés par les nivologues (les spécialistes de la neige) des gobelets. Ils sont redoutés car leur faible cohésion peut engendrer des avalanches.

Nous rentrons à l’hôtel pour y déguster un merveilleux chocolat chaud et un gâteau sans gluten et lactose avec Oleg, Thibault, Sylvain et Florian.

Après le goûter, Olive et Florian débutent un bonhomme de neige à côté de l’hôtel. Marie prévoit une grosse carotte pour le nez.

Pendant ce temps, Guillaume, Oleg et Thibault se retrouvent en salle d’activité pour regarder des photos de cristaux de glace. Ils ne s’attendaient pas à une aussi grande diversité et complexité de formes. On dit même qu’aucun cristal ne se ressemble dans la nature, du fait que chaque cristal a un parcours différent dans le ciel. Les trois garçons tentent d’établir une classification à partir des photos. Ils créent 5 groupes : plaquette, baguette, grain rond, balle de fusil, bouton de manchette, étoile à plaque et étoile à pic. Ils trouvent le point commun entre tous ces cristaux : la symétrie 6. Certaines photos sont difficiles à classer, ils semblent appartenir à 2 groupes. Est-ce possible ? Peut-on passer d’une forme à une autre ? Si l’on regarde plus attentivement certaines photos on remarque qu’au centre il y a une petite plaquette. L’hexagone est en effet la forme initiale. Alors comment passe-t-on d’une forme à une autre ? Les garçons font un jeu sur la croissance d’un cristal. Ils partent d’un petit hexagone et trouvent les 3 types de croissance, par les faces, les arrêtes et la base.

Classement des différents types de cristaux primaires pour Guillaume, Oleg et Thibault.

Les différentes croissances d’un cristal de glace hexagonal.

Ce soir, pour le souper, les adultes dégustent une autre spécialité locale, la dôle de Martigny, un vin de la vallée du Rhône généreusement offert par Hélène et Christophe.

Emilie lit une histoire sur les chevaux à Olive et les adultes jouent au Dixit. Oleg gagne la partie avec une bonne longueur d’avance.

Lundi 16 février 2015

Le matin s’est départ pour les pistes pour Olive, notre girafe (alias Guillaume), Emilie et Florian. Le ciel est bleu, l’air est doux, la journée s’annonce superbe. Pour la girafe la matinée de ski est « exotique et carnavalesque » et pour Florian elle est « féérique ». Olive est ravie d’aller à son cours, finalement, elle trouvera sa matinée réussie. Elle m’avoue avoir sorti discrètement sa loupe pendant la pause pour regarder des cristaux.

Première piste pour la girafe.

Ce midi nous mangeons à 2200 m d’altitude. Nous rejoignons l’équipe des pisteurs des Alpes qui ont retrouvé le quinzee construit au Nouvel An par les participants du dernier séjour. Nous avons de la neige jusqu’aux cuisses. En creusant Oleg et Thibault retrouvent l’entrée du quinzee. En 2 mois, il s’est tassé donc nous devons creuser pour agrandir l’habitacle. Les parois ont subi plusieurs cycles de gèle-dégèle et sont devenues solides. Nous rentrons tous les 7 dedans pour faire une belle photo de groupe. A cette occasion, Florian propose de lancer un nouveau programme de recherche, l’étude de l’acclimatation de la girafe en milieu hostile ! Nous terminons par une grande bataille de boule de neige.

Le quinzee construit au nouvel an ressemble à un tas de neige.

Après un bel effort collectif, le quinzee est de nouveau accessible.

Nous rentrons à l’hôtel pour le goûter ; un chocolat chaud et un délicieux brownie nous attendent, accompagné de double crème pour les gourmands.

3. Phase Approfondissement

En salle d’activité, Sylvain et certains participants moulent des empreintes d’animaux avec du plâtre pendant que d’autres font leur première observation au microscope optique. Ils se questionnent, mais comment avez-vous fait pour piéger ces cristaux ? Grâce à son bon sens de l’observation, Olive reconnaît des étoiles et des hexagones. En poussant l’observation elle trouve d’elle-même que les cristaux ont 6 côtés ou 6 branches. Bravo Olive.

Observation au microcope optique de cristaux par Olive.

Après le souper, Christophe propose un jeu amusant.

Jeu proposé par Christophe.

Mardi 17 février 2015

Olive ainsi que toute sa classe de ski sont prêtes pour la matinée.

Marie et la girafe sont également prêts pour les pistes.

Ce matin, c’est Marie qui accompagne Olive, la girafe et Emilie skier. La journée s’annonce encore magnifique. Olive a quitté le parc snowli pour rejoindre les pistes puis elle a pris le grand tire-fesse et est descendue la piste bleue. Pour midi, nous rejoignons toute l’équipe devant l’hôtel pour pique-niquer sur la terrasse.
En début d’après-midi, Olive échantillonne des moquettes de chevreuil, des fumés de cerf et des repères de lièvre avec les pisteurs des Alpes. Ils récupèrent des moulages d’empreinte dans la forêt, de cerf, faîtes précédemment par Thibault et Sylvain.

Aujourd’hui c’est carnaval. Tous à poil ou à plumes.

Cet après-midi nous nous préparons pour le fameux carnaval de St-Luc. Cette année le thème c’est à poil ou à plumes. Emilie maquille les participants, Olive est maquillée en princesse renarde des neiges, Guillaume est déguisé et maquillé en girafe, Marie en extraterrestre, Florian en rasta, Oleg a fait un joli masque mais refuse de le porter et enfin Thibault a fait un masque à moitié loup, à moitié cochon de l’espace. Nous sommes tous allés au Carnaval sauf Sylvain. Nous y avons rejoint plein d’enfants déguisés devant l’Office de tourisme. Ce fût l’occasion pour papa girafe de retrouver 2 bébés girafes, quelle belle photo de famille. Nous avons défilé dans les rues de St-Luc au son de la fanfare et sous les confettis. Olive et Thibault passent ensemble devant un jury masqué. La commune offre le chocolat chaud (qui est moins bon que celui de Marie).

La princesse renarde des neiges, le cochon de l’espace et l’extraterrestre dans les rues de St-Luc.


Papa girafe rencontre bébé girafe.
Grand moment d’émotion.

La girafe dans toute sa splendeur.

Après le souper tout le monde joue à la citadelle.

Mercredi 18 février 2015

Aujourd’hui l’équipe de skieurs se compose d’Hélène, Olive, la girafe et Florian. Après le cours d’Olive, toute l’équipe descend une piste bleue. Olive se débrouille comme une chef, la preuve en image :

Sur les pistes beaucoup de personnes sont déguisées depuis le début de la semaine, mais aujourd’hui c’est une première, mâle girafe a croisé une femelle girafe.

Pique-nique devant le quinzee.


Tous dans le quinzee.

Presque tous dessus le quinzee.

C’est le moment du délicieux pique-nique au soleil, au quinzee, pour Oleg, Thibault, Sylvain, Hélène, Florian, Olive, Guillaume et Emilie. La pause se termine par une grosse bataille de boules de neige où personne n’est épargné.

4. Le Projet de Recherche

Après ce moment gourmand, Olive, Guillaume et Emilie se retrouvent pour choisir le projet de recherche qu’ils vont mener les prochains jours. Guillaume veut étudier les cristaux de glace fabriqués artificiellement pour les comparer avec la neige naturelle. Olive décide d’observer et de capturer de jolis cristaux de neige. Cela s’annonce difficile vu les hautes températures de ces derniers jours et le manque de précipitation, mais pas impossible. Nous sommes donc partis à la recherche de jolis cristaux. Pour cela, Olive nous propose d’aller à l’ombre sous des pins cembro. Nous cherchons et observons différents types de cristaux. Notre analyse montre que les cristaux sont essentiellement des gobelets et des grains à faces planes. Guillaume et Emilie photographient des cristaux.

Guillaume capture des gobelets.

Les gobelets situés à la base du manteau neigeux, au contact avec le sol.

Pendant ce temps Olive et Oleg ramassent et mangent des graines de pin cembro, tel des casse-noix mouchetés. Ils seront rapidement rejoints par tout le monde.

Les caractéristiques du manteau neigeux sont les paramètres les plus importants pour la formation des avalanches. Des avalanches ne peuvent se déclencher que lorsqu’une couche fragile existe au sein du manteau neigeux, sous une couche au minimum légèrement plus compacte et plus épaisse. Pour l’évaluation du danger d’avalanche, il est donc important de savoir s’il existe des couches fragiles au sein du manteau neigeux, et si la réponse est oui, de connaître leur étendue et leur degré de fragilité. Pour connaître la stabilité du manteau neigeux il est nécessaire d’effectuer une coupe et étudier le profil.
Guillaume, Olive, Oleg et Thibault réalisent un profil du manteau neigeux.

Nos participants vont donc apprendre la méthode. Pour cela ils se répartissent les tâches :
- Oleg et Olive prennent les notes,
- Thibault repère les couches, teste la dureté et la cohésion et prend les températures de la neige avec le thermomètre à sonde,
- Guillaume décrit les cristaux des 3 couches identifiées.

Vous pouvez retrouver ci-dessous le profil officiel de la région, édité par le SLF et le guide d’interprétation :

Profil de stabilité du manteau neigeux à St-Luc le 20.02.15
Édité par la SLF

Interpretation du bulletin d’avalanche édité par la slf

Ce soir est une soirée un peu spéciale :

Les filles sont sur la piste, de dance cette fois.

Joyeux anniversaire Olive !
Christophe nous régale avec le gâteau préféré d’Olive, des choux à la crème.


C’est l’anniversaire d’Olive qui a 7 ans. Son papa a trouvé pour l’occasion son gâteau préféré : des choux à la crème. Un vrai délice.
Marie et Émilie ont concocté une surprise. Elles ont créé une chanson pour Olive que Marie accompagne avec sa guitare.

J’ai comme une envie de te prendre dans mes bras

Comme envie de fêter tout ça

Comme envie de t’expliquer comme ça

Qu’ta bonne humeur, elle me touche là

On ne pourrai pas se passer de toi

Comme envie de jouer avec toi

Comme envie d’une crotte de renard

Comme envie d’expliquer comme ça

Que ta bonne humeur, elle me touche là

On ne pourrai pas se passer de toi

Olive se concentre pour lire sa carte d’anniversaire.

Olive est gâtée ce soir.
Toute l’équipe d’Objectif Sciences International lui offre une agathe. Oleg lui offre un magnifique dessin et ces parents lui offrent un dinosaure à déterrer et un beau stylo.

Olive est gâtée, elle reçoit des beaux cadeaux. Avant d’aller au lit, elle dira : « c’était mon meilleur anniversaire ».

Pour continuer notre soirée, nous regardons un « c’est pas sorcier » sur la neige et les avalanches. Nous retrouvons l’ensemble des informations que nous avons étudié depuis le début du séjour. Emilie indique aux participants où trouver sur le net les bulletins d’avalanche en Suisse. Ils sont édités par la SLF (Institut pour l’étude de la neige et des avalanches) et sont disponibles sur http://www.slf.ch/lawinenbulletin/i.... Nous terminons la soirée par 2 vidéos, la première sur une avalanche géante de poudreuse et la seconde sur une avalanche de neige humide qui se développe en fin de saison quand la neige est très lourde. C’était très impressionnant.

Jeudi 19 février 2015

Belle matinée de ski pour nos skieurs, Guillaume, Oleg et Emilie.

Olive, la girafe, Oleg et Emilie partent au ski. C’est encore avec une météo au beau fixe que nos skieurs de plus en plus experts vont s’élancer sur les pistes de St Luc. La neige est vraiment au top. Oleg, la girafe et Emilie montent au sommet de la Bella Tolla pour admirer le paysage puis ils descendent la longue piste rouge qui suit les Torrents de l’Armina et des Moulins.

Grosse bataille de boule de neige à l’heure du pique-nique. Aux armes !

Nous pique-niquons pour la dernière fois à côté du quinzee qui est fin prêt, nous arrivons à tenir assis à 7 personnes (en tassant un peu), dans ce fabuleux igloo construit par les participants du séjour du nouvel an. Olive, Oleg, Thibault et Guillaume finissent encore par une bataille de boule de neige.

Monsieur Augustin Rion nous explique son métier, en direct du bureau des patrouilleurs.

A 14h, nous avons rendez-vous avec une personnalité de la station, Monsieur Augustin Rion, guide de montagne et responsable du service avalanche de St-Luc/Chandolin. Il est l’un des patrouilleurs de la station de St Luc et un des observateurs du SLF. Pour débuter Augustin nous présente la vallée d’Anniviers, son climat ainsi que les stations de mesure. Il conclue avec une présentation historique de la vallée et nous apprenons que la vallée est peuplée depuis au moins 5 000 ans par des peuplades du sud (Italie) puis par les Celtes (vestige : la pierre des sauvages) et les Romains. La vallée a été ensuite habitée par des germanophones car elle possède aussi un nom allemand. Nous visitons ensuite le local des patrouilleurs, et découvrons leurs outils de travail pour comprendre la prévision des avalanches. Augustin nous explique comment par rapport à ses observations sur le terrain et aux données obtenues par les appareils de mesure (hauteur de neige, types de cristaux, température, vent, direction du vent, mouvement de la neige, intensité lumineuse, pourcentage d’eau dans la neige et densité de la neige) il édite le bulletin des risques d’avalanches pour la SLF.

La retransmission est annoncée pour demain.

Avant de partir nous installons des affiches au Funiculaire pour annoncer la retransmission. Nous redescendons à l’hôtel du Cervin vers 16h bien fatigué après 5 jours de ski et de sciences ponctués d’expérience sur la neige et les avalanches. Nous nous octroyons un repos bien mérité surtout que ce soir nous remontons via le funiculaire vers l’observatoire François-Xavier Bagnoud.

Olive observe dans le télescope.

Tout le groupe d’OSI ainsi que Michaël Cottier sont dans la coupole de l’Observatoire François-Xavier Bagnoud.

Pour soirée exceptionnelle, dispositif exceptionnel. Ce soir, le funiculaire est privé. Et oui il ne sera ouvert que pour OSI. Michaël Cottier, astronome professionnel nous attend en bas du funiculaire pour une montée nocturne. Arrivé à côté de l’observatoire, Michaël débute par une présentation en extérieur de la Voie Lactée, des principales étoiles et constellations observables à cette époque de l’année. Puis nous pénétrons dans la coupole du télescope de 600 mm de diamètre. Michaël pointe le télescope sur M42 dans la constellation du chasseur Orion. M42 est une pouponnière d’étoiles composée de nouvelles étoiles et de gaz (essentiellement de l’hydrogène). Ensuite nous avons observé Pollux dans la constellation du Gémeaux qui est une étoile double. C’est-à-dire deux étoiles qui tournent l’une autour de l’autre mais éloignées d’environ 2 à 3 milliards de kilomètres (rien que ça). Puis le meilleur pour la fin, l’observation de la plus grande planète du système solaire Jupiter. Située à plus de 700 millions de kilomètres, elle a un diamètre de 142’000 km. Nous pouvons voir avec détail ses deux bandes principales ainsi que 4 de ses 60 satellites. Extrrrrrrrrra. Pour notre plus grand plaisir, Marie nous a amené le dessert, une tarte aux pommes maison, accompagné d’un bon thé bien chaud, trop bon. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, nous rentrons vers 22h à l’hôtel après une journée bien remplie. Fatigués mais les yeux plein de belles images et de sensations.

Vendredi 20 février 2015

5. La retransmission

Aujourd’hui est une journée qui a son importance puisque c’est la retransmission de notre semaine.
Ce matin après qu’Olive soit partie pour son dernier cours de ski et le passage de son diplôme, les autres participants s’affairent à la mise en place de la retransmission qui aura lieu cet après-midi à la gare d’arrivée du funiculaire de St Luc, là où l’ensemble des skieurs passent. Nous nous attendons à voir du monde, Marie prépare les biscuits, le thé et le café. La pression monte, mais nos participants sont devenus des experts de la neige et des avalanches prêts à répondre à toutes les questions. Olive et Guillaume tiendront chacun un stand, pour former un parcours. Olive surprendra le public en montrant la diversité de morphologie des cristaux de neige fraîche, alors que Guillaume sensibilisera le public sur la transformation de ces cristaux dans le manteau neigeux et l’impact de cette évolution sur la formation d’avalanche. Olive avait déjà choisie de faire un jeu à partir des photos de cristaux primaires, ou le public doit lui-même classer les photos selon les 5 catégories identifiées par Olive : plaquette, aiguille, étoile, bouton de manchette et balle de fusil. Pour la retransmission, Guillaume souhaite montrer au public de vrais cristaux transformés. Il envisage également de simuler une avalanche de plaque sur des gobelets en faisant glisser une plaque sur des billes. Au cours de la matinée Guillaume va préparer 2 belles affiches « neige fraîche » et « neige transformée ». Emilie prépare une plaque de polystyrène qui représentera la neige consolidée et émiette une partie pour représenter les gobelets. Oleg construit le skieur qui représente le surpoids, soit le déclencheur d’avalanche.

La princesse bleue.
Bravo !

A 12h30 Olive revient avec un grand sourire et une belle médaille. Elle est devenue une princesse bleue. Nous mangeons tous ensemble à l’hôtel et Olive se fait une petite sieste.

A 14h15 Guillaume monte en haut du funiculaire de Tignousa avec Florian, Sylvain, Thibault et Marie. Il part chercher différents types de neige transformée. Tout le monde met la main à la pâte pour déplacer des tables, accrocher les affiches et sortir le matériel scientifique. Vers 15h nous sommes prêt.

Au total 85 personnes se seront arrêtées pour écouter les participants. C’est un grand succès, Olive ne veux pas repartir. Nous rentrons avec le dernier funiculaire de 17h. Chacun se repose, se détend et fait sa valise avant la soirée raclette. Les participants découvrent l’appareil où on racle le fromage et ou le mot raclette prend tout son sens. Marie, Emilie, Sylvain, Florian, Guillaume et Christophe passent successivement aux commandes derrière le bar pour racler le fromage. Il fallait bien une orgie de fromage au pays des helvètes !
Les enfants font un dernier petit jeu de carte avant le dodo.

6. Résultats

Au cours de la semaine, nos deux participants ont clairement progressé, d’un point de vue des connaissances mais surtout dans leur technique d’observation. Cette progression est nettement visible dans leurs schémas d’observation.

Olive : représentation n°1.
Jour 1 : dimanche 15

Olive : représentation n°2.
Jour 2 : lundi 16

Olive : représentation n°3.
Jour 2 : lundi 16

Olive : représentation n°4.
Jour 2 : lundi 16.
Elle commence par dessiner une étoile à 8 branches puis recommence pour dessiner une belle étoile à 6 branches.

Olive : représentation n°5.
Jour 3 : mardi 17


Guillaume : représentation n°1.
Jour 1 : dimanche 15

Guillaume : représentation n°2.
Jour 1 : dimanche 15

Guillaume : représentation n°3.
Jour 2 : lundi 16.
Guillaume a parfaitement représenté des cristaux de neige ainsi que les 3 types de croissance.

Samedi 21 février 2015

Aujourd’hui c’est un départ matinal pour la famille. Guillaume et Marie prenne le train dans la matinée. Florian, Thibault et Emilie partent ensemble, vers 12h pour Genève.

7. Bibliographie

Etoiles des neiges
Article de Jean-Michel Courty & Edward Kierlik. Pour la Science n°303, Jan 2003.


La formation des cristaux de neige
Article de Kenneth Libbrecht. Pour la Science n°352, Fev 2007.

8. Bilan

Ce fût une belle semaine, chacun c’est bien amusé tout en apprenant. Nos participants ne regarderont plus la neige de la même façon…

Photos / Vidéos

Le Weisshorn, en forme de triangle isocèle, domine la vallée d’Anniviers. Il fait partie des plus grands sommets des Alpes, il culmine à 4505m.

Vue panoramique en haut de la station.

Nos partenaires

Voir également