Envoyer à un ami

SEJOUR STAR FINDER - du 17 au 24 juillet 2022

Que peut-on voir dans le ciel nocturne immense et comment l'observer ? C'est ce que nous allons expérimenter cette semaine ! Voir descriptif détaillé

SEJOUR STAR FINDER - du 17 au 24 juillet 2022

Que peut-on voir dans le ciel nocturne immense et comment l'observer ? C'est ce que nous allons expérimenter cette semaine ! Voir descriptif détaillé

Menez à bien d'incroyables projets scientifiques !
Des voyages scientifiques qui changent le monde
Des aventures hors du commun, des projets réels pour le développement durable

Accueil > Nos Actions > Journal de Bord des Opérations > Vacances Scientifiques > SEJOUR STAR FINDER - du 17 au 24 juillet 2022

Ajouter à ma liste de souhait

Introduction

Notre projet de recherche, c’est d’utiliser la photométrie afin de détecter des exoplanètes, planètes exotiques car en dehors de notre système solaire. Mais c’est un sujet complexe, et nous commencerons, selon les participants, par les fondamentaux, comme reconnaître les constellations et l’utilisation d’un télescope.

Le Journal de Bord

Dimanche 17 juillet

Bonsoir à tous !

Juste un petit message pour vous dire que toute l’équipe d’astronomes est bien arrivée !

Tous ont eu le temps de s’installer dans leur chambre, et terminent en ce moment même un bon repas : salade, pâtes carbo et compote de pommes aux spéculos. Après cela, juste une petite veillée pour faire connaissance, et au lit. Demain, on attaque les choses sérieuses avec déjà une observation de nuit après avoir vu les bases du matériel et de sa manipulation, ainsi que les objectifs et méthodes du projet scientifique.

De la part d’Edern, Jean, Stanislas, Arsène, Marion, Timothée, Emma, Gabriel, Arthur et Alex, bonne soirée à tous !

Manu

Lundi 18 juillet

Bonsoir à tous !

Un petit message tardif, nous sommes en pleine observation nocturne, dans l’attente du lever de la perle du système solaire, j’ai nommé Saturne !

Aujourd’hui belle journée de sciences : ce matin nous avons commencé par brosser le programme de la semaine, puis nous avons étudié la vie d’une étoile, qui avait été envoyé en amont, avant de terminer par une présentation de Stellarium, un super logiciel de planétarium, histoire de rapidement repérer les principales constellations. Cet après midi, nous attaquons le programme scientifique avec les bases de la photométrie, histoire de comprendre les données que nous allons prendre ce soir. Nous utilisons la métaphore d’une douche-goutte d’eau-seau pour mimer une étoile-photon-télescope/capteur. Cela nous a permis d’expérimenter le fait que plus une étoile est lointaine, moins nous recevons de photons, et plus le miroir utilisé est grand, plus il collecte de lumière.

La météo, au beau fixe depuis 2 semaines, devrait se dégrader à partir de mardi. Du coup, grosse soirée d’observation ce soir, avec les premières manipulations des instruments, lunettes et télescopes, à la recherche d’objets du ciel profond : amas d’étoiles, nébuleuses et galaxies. En attendant Saturne qui ne devrait plus tarder !

Pendant ce temps là, le gros télescope est en marche et pointe vers notre cible du jour : l’étoile portant le doux nom de TIC 157218656.01, qui devrait voir passer son exoplanète entre elle et nous. Nous verrons demain si nous avons des photos exploitables pour faire une courbe de lumière !

Demain, une bonne grasse matinée bien méritée jusqu’à 10h, 10h30, histoire de rester d’attaque pour le reste du séjour, et le soir visite de l’observatoire. En espérant que les nuages annoncés nous laissent observer quelque chose...

Bonne journée à tous, à très vite

Manu, pour toute l’équipe des astronomes de Chandolin !


Mardi 19 juillet

La journée par Edern et Marion

Bonjour à tous !
Ce matin, -suite au réveil bruyant de la part de Nuage, le chien du centre (aux aurores, il était quasiment dix heures !) - nous avons déjeuné avant de sortir les télescopes (afin d’observer la lune visible de jour depuis le centre). Ensuite, nous avons tracé des courbes afin de mesurer les vitesses radiales des étoiles pour savoir si des exoplanètes y sont en orbite. Après un très bon repas, nous avons poursuivi nos expériences sur celles-ci en faisant des ateliers en binômes. Les ateliers parlaient de méthode des transit, de la température et la luminosité des étoiles, de la masse des exoplanète, de la distance et des « années locales » des planètes externes à notre système solaire.
L’après-midi, une partie du groupe est allé faire des achats au village de Chandolin.
Le soir, nous sommes allés au village de Saint-Luc afin d’écouter les explications de Mickaël, le responsable de l’observatoire et du planétarium, sur l’univers. (A cause de la couverture nuageuse, notre sortie à l’observatoire a été remplacée par le planétarium) L’animation était très intéressante, et les sièges très confortables !
Edern et Marion

Observation de la lune

Pour affiner un peu les ateliers de l’après-midi, nous avons vu pourquoi étudier les exoplanètes. Parmi différentes raisons, il y avait l’étude de l’habitabilité. Nous avons alors fait quatre ateliers qui nous permettent d’expérimenter les méthodes utilisées pour estimer si une exoplanète est habitable selon nos critères. La photométrie nous permet de connaître la taille relative de l’exoplanète par rapport à son étoile, ainsi que sa vitesse. Nous avons vu également qu’il existe une loi qui relie la vitesse à la distance entre l’étoile et l’exoplanète. Pour estimer la masse de l’exoplanète, nous utilisons la méthode des vitesses radiales. Enfin, pour comparer le type spectral de l’étoile étudiée à celui de notre soleil, nous avons joué avec le diagramme HR.

Après le goûter, nous avons été à pieds dans le charmant village de Chandolin pour faire quelques emplettes.

Nous rentrons tôt pour aller au planétarium. Nous prenons le car postal juste après le dîner.

Cela nous permet de rentrer tôt au centre. En sortant nous pouvons contempler un magnifique coucher de soleil. Ce qui a très impressionné les participants, entre autre, c’est le message radio envoyer vers M13 pour d’improbables extra-terrestres. Et aussi les différences d’échelle entre les différents objets de notre galaxies. En rentrant, nous regardons une petites vidéo pour revoir en détail ces différences d’échelle. Les plus jeunes peuvent aller se coucher, les plus grands passent un moment ensemble et au lit ! A demain !

Mercredi 20 juillet

La journée par Stanislas et Arsène

Au forum on a fait un échauffement avant la journée, pour se préparer.
Ensuite, on était avec Alex, on a remis les noms des planètes, galaxies, trou noir, exoplanètes, amas, étoiles sur les images correspondantes. Ensuite, on a mangé. Après le repas, nous avons classé les images et les textes du plus petit au plus grand. Ensuite, on est allé dehors et on a remis les constellation à côté de leur nom. On a pas tout trouvé et quand on y arrivait pas on aller sur Stellarium (un site de constellations). Après, on a remis les étiquettes avec les noms correspondant à chaque partie du télescope de Manu (notre animateur).

Ensuite, on a montré ce qu’on à fait depuis le début de la semaine au groupe géologie.

Au goûter on a bien mangé, en moyenne trois parts de gâteau au yaourt.

Après le goûter on a fait une sardine (c’est l’inverse du cache cache, il y a une personne qui se cache et la dernière qui l’a trouve devient sardine et se cache).

Après la sardine on a fait un football imaginaire (et c’était trop bien).
Et après on a fait un stylo magique.

Les jeunes astros font jouer les participants de géologie aux ateliers d’astronomie.

La journée par Gabriel, Timothé, Edern, Arthur et Jean

On s’est fait réveillé par une moto (9h00).
Ensuite on a petit déjeuner.
On a fait un protocole expérimental pour voir les bruits qui sont produits par le capteur et les instruments.
Ensuite, nous sommes allés déjeuner.
L’après midi on a fait le pré-traitement. Nous avons réalisé les master dark, offset et flat, afin de les retirer des images brutes.
Ensuite, il fallait localiser l’étoile de notre étude sur nos images. Après, nous avons réalisé la courbe du transit.

Les attentes des participants étant différentes, nous avons fait deux groupes. D’un côté les plus jeunes, ont fait différents ateliers sur la magnitude les différents objets observables dans le ciel, ainsi que les constellations. Comme nous avions été rapides sur le montage du matériel le premier jour, nous sommes un peu revenu dessus pour reconnaître les parties d’un télescope et leurs fonctions.

Avec les plus grands, l’objectif de la journée était de réaliser la courbe de transit avec les données prises le vendredi précédent. Nous avons commencé par refaire le point sur les raisons de l’étude des exoplanètes et sur les étapes de la technique que nous utilisons pour les étudier : la photométrie. Pour ça, il était nécessaire de bien comprendre les étapes de traitements des images brutes. Nous avons utilisé la métaphore des seaux, de la douche et de l’eau pour comprendre les différentes sources de bruits sur nos images brutes. Ensuite, nous avons réalisé pas pas, sous les conseils de Maxime l’animateur et de Jean un participant qui était là aussi la semaine dernière, les étapes sur les logiciel afin de partir des données brutes et d’arriver à la courbe de lumière.
La voici !!!

2022-07-15/ Kelt 23 a / 574 points / Stdv 0.017mag

Au dîner pizzas maison ! Aux oignons, aux courgettes et à la roquette, il y en avait pour tout les goûts !

La veillée a été menée de main de maître par Konan, l’éducateur scientifique du programme Biodiversité. Il s’agissait d’une sombre histoire de mutants dans un vaisseau spatial...

Jeudi 21 juillet

Aujourd’hui nous sommes partis en bivouac ! Le matin, nous avons préparé toutes les affaires. D’abord les personnelles (vêtements chauds, gourdes, chapeaux, etc.), puis, les affaires collectives (bâches, nourriture...). Cependant, ce soir étant une des seules soirées de la semaine où nous allons pouvoir réaliser des observations, nous avons décidé ensemble d’un lieu de bivouac proche du centre pour pouvoir faire l’aller retour et observer le ciel nocturne avec les instruments.

Ainsi, après le déjeuner, nous avons été installé le campement et été chercher du bois pour le feu du soir. Ensuite, nous avons marché jusqu’au chalet blanc, jolie ferme où l’on peut acheter du fromage fait sur place. Bien que nous ayons traversé la station de Saint-Luc, en passant par le funiculaire et une aire de jeux pour tous âges, les paysages du Val d’Anniviers sont splendides. De plus, nous avons emprunté une parti du chemin des planètes, où les différences d’échelle sont saisissantes.


Le retour s’est fait plus rapidement pour atteindre la station de bivouac. Préparation du feu, préparation des couchages, cuisson du repas, et en dessert banane au chocolat... chauffées et fondu au feu de bois !

La nuit étant tombée, nous sommes redescendus pour une soirée d’observation. Au programme, choix des cibles pour la photométrie et l’astrophoto, mise en station des télescopes, élaboration des modèles de pointage, alignement polaire précis et... les deux télescopes ont décidé de nous embêter, suffisamment pour nous empêcher de prendre des mesures. Et oui, c’est aussi ça la science. On a beau tout préparer, depuis une semaine pour les participants, des mois pour les éducateurs scientifiques, il arrive que ça ne fonctionne pas. Nous avons tout de même réalisé quelques clichés et pointé avec certains instruments M 51, M 13, M 27 et M 101. Et bien entendu, nous avons compté les étoiles filantes.

Après avoir rangé le matériel astronomique, le chemin du bivouac appelle nos semelles, et nous revoilà cheminant, cette fois à la frontale ! Arsène, le plus jeune, suite à sa vaillante journée, est resté dormir sur place.
Trente minutes de marche plus tard, nous nous sommes glissés dans nos sacs de couchages. Les encadrants nous ont bordés avec une grande bâche afin que nous ne prenions pas trop la rosée. Jupiter et Saturne nous ont souhaité la bonne nuit, qui fut plus ou moins bonne selon si on était ronfleur ou voisines du ronfleur... La lune, elle, ne s’en n’est pas offusquée au point de rester derrière les montagnes. Son croissant argenté est venu veiller sur nos songes en fin de nuit.

Vendredi 22 juillet

Au petit matin, les marmottes ont sifflé dans l’ombre agonisante projetée par les sommets environnants. Le réveil s’est fait assez tard pour un bivouac (tant mieux pour le sommeil des jeunes), et nous avons pris le petit déjeuner à 9h. Le temps de replier le campement, de vérifier que nous n’avons laissé aucune trace, et nous revoilà sur la descente vers Chandolin, entre les exubérants mégaphorbiaies d’adénostyle et les myriades de papillons et de criquets d’altitude.

Avant le déjeuner, nous avons eu le temps de ranger les affaires du bivouac ainsi que de prendre une douche bien méritée. Tout le groupe ayant très bien marché la veille. Après le repas, repos !

En deuxième partie d’après midi, le groupe s’est séparé en deux. Certains souhaitaient réaliser le traitement en astrophoto. Réalisation des DOF (Darks, Offsets, Flats), prétraitement des images brutes, alignement et empilement, et enfin le traitement cosmétique. Les autres ont réalisé un spectroscope. Ce petit appareil permet d’étudier les spectres d’absorption et d’émission. C’est d’ailleurs ce genre d’appareil, en énormément plus précis, qui permet d’étudier les vitesses radiales vues précédemment. Nous avons terminé par un début de préparation de la retransmission.


On voit sur le spectre d’émission du soleil la bande d’hydrogène.

Après le dîner (ou nous avons eu le plaisir de déguster le ch’tiramisu de Nourélise), nous avons fait une veillée mélangeant le times up, l’ambassadeur et le téléphone arabe.

Petite veillée car grosse semaine, et la fatigue se fait sentir sur le bout de nos cils.

A demain pour la fin de la semaine !

Si vous souhaitez voir l’album photo du séjour, c’est par ici :
https://osi-photos.org/thumbnails.p...

Nos partenaires

Voir également